Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


ETUDES

Juillet 1889 : bachelier ès Lettres sans mention mais Prix

d'honneur de dissertation française (il a 18 ans)

Juillet 1893 : licencié en droit et diplômé de l'Ecole Libre des

Sciences Politiques (il a 22 ans)

Mars 1895 : licencié en philosophie (il va avoir 24 ans)  



CULTURE

Fils de l'actrice Réjane et ami de Proust, Jacques Porel écrira :
 

" Le mot culture ne convenait pas à Proust. Il avait une immense

connaissance de tout. Impossible d'être moins didactique, moins

prévu dans ses observations. Impossible de vous intéresser

davantage à la personne ou à l'oeuvre d'un grand homme.

Proust savait tout mais son point de vue n'avait subi aucune 

des déformations de l'érudition. Il était simple comme

un innocent, ou prétendait l'être. "


 

Marcel PROUST a lu, entre autres, entre beaucoup d'autres ...
 

Huysmans, Carlyle, Emerson, Ruskin, Barrès, Renan, George Eliot,

Walter Scott, Byron, Musset, Bossuet, Walter Pater, Shakespeare,

Volney, Augustin Thierry, Les Goncourt, Vigny (qu'il admire),

Sophocle, Euripide, Xénophon, Virgile, Villehardouin, Boccace,

Platon, Stuart Mill, Taine, Schopenhauer, Dante, Pascal, Racine,

Saint-Simon, Flaubert, Maupassant (qu'il n'aime pas), Balzac,

Stendhal, Molière, Anna de Noailles, Buffon, Baudelaire, Hugo,

Gautier, Goethe, Lemaître, Bourget, Anatole France, Péguy, etc.

à peu près 380 écrivains et quantité d'ouvrages de psychologie,

de philosophie, et de médecine.

Il a aussi, et c'est peut-être encore plus remarquable compte

tenu de son état de santé et de son emploi du temps atypique,

une parfaite connaissance de tout ce qui se publie en France

à son époque, prose romanesque, poèsie, essais, théâtre,

philosophie, etc.


Il connaît la peinture et cite 250 peintres dans l'ensemble 

de son oeuvre.

 Il a rédigé des articles importants et des notes (posthumes) sur

Rembrandt, Watteau, Monet, Chardin. Jusqu'à la fin de sa vie il

restera curieux des artistes qu'il ne connaît pas encore : en 1921,

Gautier-Vignal l'emmène chez Madame Ezzarusis voir des tableaux

de Picasso qu'il appréciera beaucoup.

Il aime beaucoup la chanson populaire (Mayol, Paulus, Fragson,

Yvette Guilbert), la musique classique, l'opéra et l'opérette, joue

parfois du piano et, cloîtré dans sa chambre, écoute des concerts

en direct grâce à son éphémère abonnement au théâtrophone.

Il est parfaitement au courant de tout ce qui se joue et se compose

à son époque et, au cours de discusions animées, confronte ses

points de vue avec ceux de Reynaldo Hahn.

Il a écrit sur la musique aussi pertinemment que sur la peinture.


" EMPLOIS "

Octobre 1893
: stage de 15 jours comme clerc d'avoué chez

Maître Gustave Brunet.

6  juin 1895 : "travaille" à la Bibliothèque Mazarine, la matinée

de ce jour-là seulement ...


Marcel PROUST n'a jamais occupé d'emploi salarié (donc pour

"gagner" sa vie) et les revenus tirés de sa plume furent, même à

l'apogée de sa gloire tardive, aléatoires ou insuffisants pour vivre.

 Il a vécu des revenus de la fortune considérable dont il a hérité de

ses parents, fortune qu'il a rapidement malmenée

en "investissements" boursiers très spéculatifs, ne choisissant 

que des valeurs étrangères dont la sonorité exotique du nom

le séduisait, en séjours très onéreux au Grand Hôtel de Cabourg

(où il jouait au casino par personne interposée, et bien sûr,

perdait des sommes importantes).

Editant à compte d'auteur, rémunérant largement une domesticité

parfois pléthorique, distribuant des pourboires colossaux, offrant

à ses amis et relations des dîners au Ritz et de

somptueux cadeaux, généreux à l'excès mais, pour ce

qui le concernait directement, ne dépensant, non par avarice

mais par conviction ou désintérêt, que le minimum. Il se croira

plusieurs fois ruiné ...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :