Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

      En janvier 1908, pour ses étrennes, Geneviève Straus, très intuitive, 

offre à son grand ami Marcel cinq petits carnets hauts et étroits

achetés chez Kirby Beard, magasin anglais situé 15 rue Auber, près

de l'opéra, et spécialisé dans les objets d'utilité courante mais de

qualité supérieure et de finition luxueuse, comme nous l'indique cet

article extrait de "La Revue Mondaine Illustrée",

numéro du 10 mars 1892 :  

 Copie de Kirby Beard-copie-1

 

Le cadeau ravit Marcel qui désormais ne sortira jamais sans avoir

en poche un de ces carnets (que l'écrivain appellera

"petits almanachs") et dans lesquels il consignera très

succinctement, par des mots et des dessins, et parfois si

énigmatiquement que l'interprétation en

est rendue difficile et parfois impossible, les idées force de

l'oeuvre en perpétuelle gestation. Il utilisera les quatre premiers,

 aujourd'hui conservés à la Bibliothèque Nationale,

et donnera le cinquième, resté vierge, à Céleste Albaret,

sa dame de compagnie.

 

Le premier de ces carnets a été "traduit" et explicité

par Philip Kolb qui en a fait l'objet d'un précieux livre

intitulé "Marcel Proust : le carnet de 1908"

édité chez Gallimard en 1976.

C'est dans ce carnet que figure les notes destinées

à la rédaction de "Robert et le chevreau".

  

Si on connaît bien les fameux "cahiers Marcel Proust" précieusement

conservés par la BNF, on ignore généralement qu'ils furent précédés et

alimentés par les petits carnets dont voici quelques reproductions : 

  

carnets-1-copie-1.jpg

 

        carnets-2-copie-1.jpg

 

                                    carnets-3-copie-1.jpg

 

-o-oOo-o-

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :